Travailer ensemble, consevoir ensemble

Photo
Lucas Peters

Halter AG a installé son nouveau siège social à Schlieren près de Zurich au mois de décembre de l’année dernière. L’entreprise de construction et de prestations immobilières et ses sociétés soeurs sont désormais réunies à la même adresse, sur 4710 mètres carrés de surface et cinq niveaux. L’une d’entre elles s’est vu confier la planification de l’aménagement intérieur et la réalisation des bureaux : Integral design-build. Ces spécialistes ont travaillé à la réalisation des environnements de travail du futur en collaboration avec l’architecte zurichois Christof Glaus. Ici, les bureaux individuels ont disparu ou presque et laissent place à un portail de réservation numérique et un chariot destiné au rangement des effets personnels de chacun.

Les murs portent les traces du passé. Ils ont été conservés dans l’état dans lequel ils furent trouvés après la déconstruction du bâtiment de l’imprimerie.

En ces temps de coronavirus, le Conseil fédéral a ordonné le télétravail. La plupart des collaborateurs de Halter AG sont donc cantonnés à domicile ; leurs nouveaux bureaux de Schlieren attendent d’être investis. En décembre 2020, le déménagement de Zurich vers la commune voisine s’est déroulé sans accroc en plein milieu du confinement. La nouvelle infrastructure est d’ores et déjà utilisée par ceux qui ne peuvent pas remplir leur mission depuis chez eux ou qui doivent assister à des réunions importantes au siège de l’entreprise.

Lorsqu’on arrive par l’entrée ouest dans le JED, qui abrite le nouveau siège de Halter au numéro 39 de la Zürcherstrasse, on traverse le foyer public et on longe déjà l’espace de cotravail de The Branch à gauche – une plateforme créée par Halter destinée à l’échange collaboratif dans le secteur de la construction et de l’immobilier –, pour ensuite pénétrer dans le hall d’entrée par une grande porte vitrée. Au centre de cet espace se dresse un escalier en acier brut qui, avec sa balustrade losangée, donne l’impression de basculer du premier étage. En effet, les rambardes en acier qui ceinturent l’atrium s’élançant jusqu’au troisième étage présentent un motif similaire composé de rectangles. Le mobilier informel au rez-de-chaussée symbolise la manière dont on travaille ici. Aucune réception – on s’annonce via un iPad. Une table haute en bois entourée de tabourets invite les visiteurs à patienter ensemble.

Le rez-de-chaussée a été uniquement pensé comme un lieu de passage. Les visiteurs sont peut-être déjà attendus dans les salles de réunion au premier étage ou invités à assister à une présentation dans l’une des deux « Big Rooms » au sous-sol. Celles-ci peuvent se transformer en une vaste salle de conférence de plus de 50 places grâce à l’ouverture d’une paroi de séparation pliable mobile. Exigeant davantage de discrétion, les départements Finance et RH sont installés dans de plus petites surfaces au deuxième étage. Le troisième étage accueille le nouvel environnement de travail ouvert de Halter AG sur une surface telle qu’il peut désormais recevoir non seulement les différents domaines de l’entreprise – Business Development, Prestations globales, Rénovations, Développements –, mais aussi toutes ses sociétés soeurs – Tend, Raumgleiter, Wir sind Stadtgarten, Integral design-build, MOVEment Systems, mivune.

L’escalier en acier brut à l’entrée donne une impression sculpturale et s’impose comme un élément architectural au caractère identitaire.
En lieu et place d’une réception au rez-dechaussée se trouve l’une des tables signatures. A gauche de l’écran se situe l’accès à l’espace de cotravail de The Branch.
Une des salles de réunion au premier étage peut accueillir jusqu’à douze personnes.
L’atrium s’élance du rez-de-chaussée jusqu’au troisième étage. Il est ceinturé par des rambardes en acier qui marquent les étages.
Les box de réunion sont fabriqués en MDF et sont fermés sur le dessus par de la tôle galvanisée. Au premier plan : chaise Ultraleggera d’Oskar Zieta.
La cafétéria est implantée au centre du plan en forme de croix. On y retrouve là aussi la table signature.
Vue sur les salles de conférence le long des voies ferrées, depuis le deuxième étage à travers l’atrium.

Plan en forme de croix

Le plan a été conçu en forme de croix et a intégré le bâti existant de l’ancienne imprimerie de la « NZZ » qui occupait le bâtiment avant le changement d’affectation, ainsi qu’une structure en acier réalisée dans une incision dans le toit. Le volume ainsi obtenu offre de l’espace pour un ensemble compact et toutefois différencié de zones de travail, de box de réunion fermés, d’espaces où s’isoler pour les tâches exigeant plus de concentration et de parties communes ouvertes. Le mobilier est composé d’éléments récurrents dans l’ensemble du bâtiment : des étagères galvanisées du fabricant de systèmes suisse Errex, des bureaux réglables en hauteur de la marque Hüba, des sièges de bureau ergonomiques de Wilkhahn. L’ambiance détendue des lieux est assurée par des éléments de séparation végétalisés, baptisés Dancing Walls de Vitra, des portemanteaux ressemblant à des baguettes Mikado enchevêtrées, et des objets design tels que la chaise Ultraleggera d’Oskar Zieta ou le fauteuil de Werner Max Moser, un grand classique du design suisse, édité par Embru. On retrouve, dans les espaces destinés à la collaboration et aux échanges, la longue table signature déjà aperçue à l’entrée. Fabriquée exclusivement pour Halter, elle est équipée de larges pieds en acier galvanisé et d’un plateau revêtu de linoléum.
La planification sophistiquée a été nourrie par les idées et les impulsions de l’architecte zurichois Christof Glaus, partenaire de Stücheli Architekten, à qui l’on doit la nouvelle plateforme de travail et de coopération ainsi que le projet de l’escalier et des rambardes en acier, au caractère identitaire.

La société soeur de Halter Integral design-build s’est vu confier la planification de la mise en oeuvre et la réalisation. Elle a rejoint le groupe voilà un peu plus d’un an et s’est spécialisée dans l’aménagement d’espaces de travail en tant que prestataire global. Particularité de sa palette de prestations : la planification intégrale englobe toujours l’ensemble du cycle de vie d’un bien immobilier et élabore des solutions client sur la base d’outils numériques tels que 3D et BIM. Cela permet non seulement d’optimiser l’utilisation des surfaces de bureaux, mais aussi de planifier l’équipement technique de façon à ce qu’il s’adapte avec souplesse aux nouveaux modèles de travail ou à d’éventuelles restructurations. « Aujourd’hui, le lieu de travail moderne est bien plus qu’un simple bureau. Nous cherchons à englober le plus de situations de travail possible », souligne Rainer Schmitt, CDO chez Integral design-build.

De grandes fenêtres laissent entrer énormément de lumière dans les bureaux. Les ouvertures ont été découpées dans le béton.
Les postes de travail peuvent être réservés en ligne par les collaborateurs. On aperçoit en arrière-plan la partie du bâtiment du JED donnant sur la Zürcherstrasse.
L’ancienne structure métallique a été conservée et divise aujourd’hui l’espace comme à l’époque industrielle.
Le sous-sol accueille deux « Big Rooms » qui se transforment en une seule grande salle quand la paroi de séparation mobile est ouverte.
Au troisième étage se trouve une zone de séjour informelle meublée de canapés Alcove de Vitra. Les départements Finance et RH sont installés en dessous.

Atmosphère industrielle

De nombreuses solutions individuelles ont également été élaborées pour les bureaux au JED. Une démarche rendue nécessaire par la décision majeure de conserver l’atmosphère industrielle des lieux, ramenés à l’état de gros oeuvre, avec leur plafond datant des années 1980 en acier et en tôle ainsi que les murs non crépis en béton et en briques apparentes. Tous les câbles électriques ont donc été dissimulés dans les planchers. Le refroidissement et le chauffage sont assurés par des panneaux suspendus ventilés par le haut – ce système développé avec Schmid Janutin et Pfiffner AG est baptisé EcoBoost. L’importante hauteur sous plafond a également imposé des exigences spécifiques en matière d’éclairage. Le planificateur d’éclairage Tobias Gsell de Mettler+ Partner Licht a ainsi conçu des luminaires sur pied surdimensionnés.

Même si la cafétéria est déjà bien animée certains jours de la semaine à midi, la plupart des postes de travail sont toujours inoccupés au troisième étage. Selon Markus Brunner, CEO d’Integral design-build, il ne faudra pas non plus s’attendre à un taux d’occupation maximal une fois la pandémie terminée. A l’aune de ces derniers mois, il considère le bureau du futur bien plus comme un espace collaboratif qu’un refuge ou un simple lieu de travail : « Il faut créer de plus en plus de lieux destinés aux ateliers créatifs, aux échanges informels et aux rencontres sociales. Tout ce que le télétravail ne permet pas. J’y vois un énorme besoin et un formidable marché en expansion, car les équipements existants ne sont généralement pas adaptés à cette demande. » Avec son équipe, Markus Brunner souhaite établir de nouveaux standards et accompagner les entreprises dans l’aménagement de leurs surfaces de bureaux en environnements de travail flexibles.

Halter a déjà franchi cette étape. Grâce à une planification prospective et à des espaces propices à la créativité, pouvant accueillir de nombreuses formes de travail et offrant même un espace de cotravail accessible au public, on est bien placé et pour longtemps. → www.integralag.ch

Cet article est publié dans l'édition imprimée KOMPLEX 2021. Vous pouvez commander ce numéro et d'autres gratuitement ici.

Commander les magazines