La naissance d'une ville

Photo
David Willen

Les conditions n’étaient pas faciles pour redonner vie au site de Zwicky, coupé des agglomérations voisines de Wallisellen et Dübendorf par de grands axes de transport. Mais le changement d’affectation du bâti classé et la construction de nouveaux immeubles compacts ont permis à une nouvelle petite ville de voir le jour. La parcelle principale à côté des bâtiments industriels historiques est désormais terminée. Baptisée Zwicky-Zentrum, elle compte quatre immeubles de Giuliani Hönger et un de Zanoni Architekten.

Le chat est de retour. Dessiné en 1946 par le graphiste suisse Donald Brun, il faisait la publicité pour le fil de soie de l’entreprise Zwicky, une bobine entre les pattes. Avec son charme des années 1950, ce chat a fait connaître l’entreprise aux quatre coins de la Suisse et même au-delà puisque ce fil était distribué dans le monde entier. Mais la mondialisation et les délocalisations vers des pays à bas salaires vont mettre à mal la rentabilité de la production en Suisse. L’entreprise va alors chercher à déjouer la crise en développant des produits pour l’industrie automobile et va fusionner avec la société Gütermann basée à Gutach im Breisgau, en Allemagne. Peine perdue : après de longues années difficiles, l’usine historique de Wallisellen ferme définitivement en 2001. Les 23,6 hectares de l’ancien site industriel sont alors reconvertis : des appartements et des ateliers sont réalisés dans l’ancienne filature et de nouveaux immeubles construits sur différentes parcelles, les derniers à Zwicky-Zentrum, au coeur même de l’ancien site industriel. Quant au chat de Donald Brun avec sa bobine de fil, il est de retour sur les brochures de commercialisation des logements et surfaces commerciales.

Les nouveaux immeubles, dont les proportions répondent à celles des bâtiments de la fabrique transformée, s’échelonnent vers le sud. Deux immeubles de sept et quatre niveaux abritent une cour intérieure. Les larges ouvertures et les hauteurs différentes relativisent l’impression d’une construction en îlot fermé.
La Neuguetplatz est également bordée par une zone extérieure aménagée en parc, où s’érige la villa de l’ancien propriétaire de la fabrique, une réalisation de l’architecte Erhard Gull datant de 1930.

Cerné de routes et de voies ferrées

Comme ailleurs en Suisse, l’énergie hydraulique a ici aussi été le moteur de l’industrialisation. La filature de Neugut voit le jour en 1839 à l’embouchure du Chriesbach dans la Glatt. Le site connaît une croissance fulgurante, d’autant plus qu’il faut construire des logements pour les ouvriers. A cette époque, l’usine forme un îlot au milieu des bois et des prairies, à égale distance des villages de Wallisellen, Schwamendingen et Dübendorf. Vers 1902, une nouvelle filature est réalisée et seulement six décennies plus tard, l’entreprise doit à nouveau s’agrandir sur le site d’origine.

Après la Seconde Guerre mondiale, au fur et à mesure que la métropole zurichoise se développe, la périphérie se densifie. Les espaces verts cèdent la place, mais la filature de Neugut reste isolée : coupée de Wallisellen par l’autoroute A1 construite dans les années 1970, elle est ensuite flanquée, à l’ouest, d’une bretelle surdimensionnée aménagée pour relier l’Überlandstrasse à l’autoroute. Au fil des différents projets de construction dans les environs, la Glatt et le Chriesbach sont abaissés et canalisés, ce qui interdit toute utilisation de l’énergie hydraulique. Au cours de la décennie suivante, un viaduc ferroviaire bifurquant vers le nord-est va encore venir s’y ajouter lors de l’extension du S-Bahn de Zurich. Ainsi, le site de Zwicky n’est plus seulement entouré d’axes de transport, il en est traversé.

Difficile dans ces conditions de redonner vie au site après l’arrêt de la production en 2001. Mais en 2003, les propriétaires, convaincus de son potentiel, chargent l’architecte Tomaso Zanoni d’élaborer un plan de quartier privé. Le projet prévoit une affectation mixte, combinant logements et surfaces commerciales. L’ensemble du site, qui n’est que partiellement bâti, est subdivisé en plusieurs parcelles. En 2007, des appartements sont d’abord réalisés dans l’ancien bâtiment administratif. Puis, à partir de 2009, de nouvelles constructions sont entamées sur les parcelles non bâties. Un complexe résidentiel avec cour intérieure, dessiné par Spühler Architekten, est réalisé sur la longueur à l’ouest, un immeuble commercial de Tomaso Zanoni accueille notamment la Swiss International School le long du viaduc du S-Bahn de l’autre côté de la Neugutstrasse et un complexe résidentiel de Fischer Architekten est implanté à l’extrémité nord-est.

La haute cheminée avec le logo Zwicky a été conservée et constitue la caractéristique dominante des bâtiments historiques de l’usine. Ils ont été construits successivement au XIXe siècle, puis complétés par la filature (au centre de l’image).
Appartement-atelier au rez-de-chaussée, côté est du complexe d’habitation de Giuliani Hönger. La surface habitable s’étend sur 77,8 mètres carrés. L’appartement dispose également d’une terrasse de 20 mètres carrés.
De petits commerces se sont installés sous les arcades, au rez-de-chaussée des bâtiments de Giuliani Hönger. Le Zwicky-Zentrum comprend également un supermarché et deux restaurants. Ce quartier urbain vivant inclut d’autres surfaces commerciales dans les bâtiments historiques de la filature ainsi que des ateliers.
La Neuguetplatz est située entre les deux complexes résidentiels de Giuliani Hönger. L’escalier mène à la cour surélevée entre l’immeuble d’habitation de sept niveaux le long de la Neugutstrasse et le bâtiment de briques plus bas, situé en face de la filature historique.

Densification et masse critique

La parcelle E, mieux connue sous le nom de Zwicky-Süd, présentait les plus grandes difficultés. Elle se trouve en effet directement dans l’espace délimité par le viaduc ferroviaire et les axes très fréquentés de la Neugutstrasse et de l’Überlandstrasse. La société de conseil immobilier Wüest & Partner va alors mettre les propriétaires en contact avec la coopérative de construction zurichoise Kraftwerk 1, connue non seulement pour ses concepts expérimentaux dans la construction résidentielle, mais aussi pour son expérience dans les zones périphériques urbaines. Le jeune bureau Schneider Studer Primas, qui a remporté le mandat d’étude en 2009, va délibérément miser sur un aspect brut avec du béton apparent, de l’acier et des grillages métalliques. L’urbanisme classique ne se prêtait en effet pas à ce site isolé de l’extérieur, qui révèle ses qualités dans les ruelles et places entre les immeubles ainsi que dans les appartements non conventionnels. La planification de la parcelle A, quant à elle, ne commencera qu’après le début de la réalisation de la parcelle E. Il s’agissait d’attendre avec cette partie de Zwicky-Zentrum pour profiter de l’expérience acquise sur les autres parcelles aussi bien en termes d’offre de logements que de structure commerciale. Le succès de Zwicky-Süd, où la coopérative de construction Kraftwerk 1 vise à obtenir un mix de population correspondant à la moyenne de la ville de Zurich, va aussi motiver la décision de ne pas miser sur des concepts résidentiels classiques pour la périphérie de la ville.

Un quartier urbain animé

Le plan d’aménagement détaillé actualisé et révisé disponible en 2012 prévoyait de toute manière une forte densification. Non seulement pour des raisons économiques, mais aussi parce qu’il était nécessaire d’attirer une population suffisante pour permettre aux commerces de fonctionner malgré la situation isolée. Il n’était pas question de créer une cité dortoir mais, au contraire, un quartier urbain animé. Cet objectif a été atteint avec Zwicky-Zentrum : en visitant le quartier, on se sent indéniablement plus en ville que dans la plupart des quartiers avoisinants de Wallisellen, Dübendorf ou Schwamendingen.

Les bâtiments en brique classés de l’ancienne usine textile, transformés en bureaux, surfaces commerciales et logements, contribuent considérablement à la qualité du nouveau complexe. Il s’agit de trois constructions parallèles : les petits bâtiments de la teinturerie sur les rives de la Glatt, une rangée de bâtiments d’usine avec des halles de machines dominée par la haute cheminée portant le nom de la société ainsi que la filature datant de 1902. A l’extrémité, sur la Zwickystrasse, l’ancien bâtiment administratif forme un angle droit parfait avec les trois rangées. De l’autre côté, la rue est bordée par les immeubles d’habitation de Martin Spühler et une ancienne ferme appartenant au site de la filature. Vers l’ouest, la rue se prolonge par un pont sur la Glatt qui mène aux anciens logements ouvriers, en attente de rénovation. Derrière ceux-ci, le complexe résidentiel et commercial Zwicky-Riedgarten du cabinet lausannois Localarchitecture est en cours de réalisation sur la parcelle D. Avec ses bâtiments de sept ou huit niveaux, il comptera 215 logements supplémentaires.

En 2014, le bureau d’architectes zurichois Giuliani Hönger remporte le concours avec son projet concernant la parcelle A. L’investissement total pour les cinq bâtiments – quatre de Giuliani Hönger et un de Zanoni Architekten – s’est élevé à 90 millions de francs. Halter est chargée du développement et de la commercialisation pour le compte de l’investisseur, le fonds immobilier UBS Anfos.

Les nouveaux immeubles s’intègrent dans l’alignement, la disposition et la volumétrie du complexe existant. Les constructions de Giuliani Hönger forment deux ensembles de deux bâtiments, décalés l’un par rapport à l’autre : ceux au nord et à l’est comptent sept niveaux tandis que ceux au sud et à l’ouest assurent la transition vers l’usine historique avec leurs quatre niveaux. L’ensemble le long du viaduc ferroviaire se compose de deux immeubles en équerre qui entourent une cour commune au rez-de-chaussée, tandis que les deux bâtiments plus proches de la Neugutstrasse partagent une plate-forme publique extérieure commune. Il fallait en effet créer une grande surface d’un seul tenant pour accueillir un supermarché de plain-pied. Les architectes ont opté pour des façades en maçonnerie apparente en briques hollandaises, structurées par des verticales saillantes et des parapets en retrait. Ces choix architecturaux ainsi que les matériaux rappellent les bâtiments historiques, tandis que la couleur beige iridescente contraste avec le jaune et le rouge des briques des bâtiments existants. Sur les immeubles de sept niveaux, seul le rez-de-chaussée est en brique hollandaise, les niveaux supérieurs ayant des façades crépies de couleur claire isolées de l’extérieur.

Zanoni a choisi une teinte tirant davantage sur le jaune pour l’édifice de six niveaux qui prolonge la rangée centrale de l’usine et forme, avec le bâtiment de Giuliani Hönger, un portail vers Zwicky-Süd et le viaduc ferroviaire.

Situé juste à côté du viaduc ferroviaire, le nouvel immeuble de Zanoni Architekten se dresse à l’entrée du Zwicky-Zentrum et s’intègre dans la rangée médiane des bâtiments de l’usine. La brasserie Hardwald et son restaurant ont emménagé au rez-de-chaussée. A gauche, vers la Glatt, le parvis bordé d’arbres fait office de Biergarten en été.

Des commerces et une brasserie

Ce qui manque dans bon nombre de nouveaux complexes résidentiels a été réalisé à Zwicky-Zentrum : les rez-de-chaussée ont une hauteur sous plafond plus élevée et sont essentiellement affectés aux commerces. De petites boutiques et des magasins d’une surface de 22 à 58 mètres carrés sont alignés sous les arcades des immeubles de quatre niveaux. S’y ajoutent un café-restaurant sur la Neuguetplatz, entre les deux ensembles Giuliani Hönger, et la brasserie Hardwald qui occupe le rez-de-chaussée de l’immeuble Zanoni, avec un restaurant. En été, l’espace ouvert vers la Glatt sert aussi de terrasse à la façon d’un Biergarten.

Dans l’immeuble Zanoni, les étages supérieurs sont occupés exclusivement par des appartements-ateliers et des ateliers commerciaux, des logements à aménagement flexible avec salle d’eau et réduit d’une surface entre 42 et 67 mètres carrés. Les bâtiments de Giuliani Hönger accueillent des appartements-ateliers dont la pièce principale occupe les deux niveaux tandis que l’espace nuit se trouve sur la galerie. Sur les 194 appartements du Zwicky- Zentrum, 44 sont des appartements-ateliers. Pour le reste, la taille varie de 1,5 à 4,5 pièces avec 78 appartements de 2,5 pièces d’une superficie entre 53 et 75 mètres carrés. Presque tous les logements disposent d’espaces extérieurs, le plus souvent sous forme de loggias. Les habitants des appartements- ateliers de l’immeuble Zanoni ont accès à une terrasse commune sur le toit. Le site fonctionne en réalité comme une ville en petit et non pas comme une petite ville. Grâce à la disposition judicieuse des bâtiments, la granularité des places et rues entre les bâtiments existants a été maintenue de manière homogène. Isolé de la Neugutstrasse par un mur antibruit, un espace vert entoure la villa construite en 1930 par Erhard Gull, fils du conseiller municipal zurichois et professeur à l’EPF Gustav Gull. De l’autre côté de la route, un hôtel et des appartements occupent la tour résidentielle Neuguet de Ramser Schmid Architekten, achevée depuis peu.

Au sud, la Glatt ne ressemble plus depuis longtemps à un canal et ses rives servent d’espace de détente. Quant au Chriesbach, il a aussi été renaturalisé ces dernières années. Enfin, il reste l’espace sous le viaduc : depuis qu’il est ceint de nouveaux bâtiments, il forme un élément de raccordement entre les deux parcelles. L’espace sous les voies ferrées recèle un potentiel qui ne demande qu’à être découvert et exploité en tant qu’espace ouvert protégé contre les intempéries.

Parcelle A, coupe et vue le long de l’axe de la Neuguetplatz
Rez-de-chaussée, Zwicky-Zentrum
Etage standard, Zwicky-Zentrum
Situation de la parcelle A

Cet article est publié dans l'édition imprimée KOMPLEX 2019. Vous pouvez commander ce numéro et d'autres gratuitement ici.

Commander les magazines